Testé en solo et multijoueur sur la version éditeur du jeu. Nécessite une installation sur le disque dur.

Déjà présent sur le PlayStation Store depuis mars 2008, Pain est récemment sorti dans le commerce sous l’appellation Pain Compilation. La raison est assez simple: cette version regroupe le jeu ainsi que tous les contenus additionnels sortis jusqu’à maintenant.

pain-logo

Scénario: On ne peut pas vraiment dire que Pain est doté d’un scénario car le but est de faire subir les pires atrocités à un homme grâce à une catapulte. Vous avez le choix entre quinze missiles-humains qui ont exactement les même caractéristiques: le choix de votre victime sera donc une question de goût (ou non).

pain-shoot

Graphismes: Sans être exceptionnels, le jeu étant sorti uniquement en téléchargement à l’origine, les graphismes sont assez précis pour vous permettre de déceler les éléments du décor qui vous permettront de faire mal à votre personnage. Le moteur Havok est utilisé à bon escient pour créer des réactions en chaîne lors de vos cascades.

pain-agent

Jouabilité: Peu de boutons à utiliser, et on prend très vite le coup de main (sadique). Une pression rapide sur la gachette permet de recommencer instantanément une cascade, ce qui s’avère être une bonne idée pour rester au coeur de l’action.

pain-clown

Durée de vie: En proposant seulement quatre niveaux différents, des personnages au gameplay identique, mais de nombreux modes de jeux (certains étant assez dispensables), Pain ne réussit pas à sortir de la routine. Vous aurez rapidement fait le tour en solo, mais la partie multijoueur (jusqu’à quatre joueurs) en online comme en offline sauve les meubles en proposant quelques challenges intéressants.

pain-vache

Bande son: La musique étant quasiment aux abonnés absents, vous aurez tout le loisir d’entendre votre personnage crier lors de ses nombreuses cascades.

pain-vieux

Conclusion: Très vite répétitif en solo, Pain est un jeu que vous sortirez à l’occasion lorsque des amis viendront chez vous. Certes le concept est complètement loufoque, mais l’humour particulièrement lourdingue ne sera pas au goût de tout le monde.